Revenu décent

La situation de pauvreté est le lot d’une grande partie de la population et un des facteurs déterminants de l’itinérance. Ainsi, le CRIO adhère aux obligations incluses dans le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) reconnaissant le droit à un revenu décent afin d’assurer la construction d’une société plus inclusive et juste. En effet, les personnes ayant un revenu suffisant à leurs besoins sont en meilleure posture pour s’épanouir en tant qu’humains et pour participer à la vie en société. Surtout que pour une personne vivant une situation d’itinérance, il est moins fastidieux sortir de la rue et d’améliorer ses conditions de vie avec un revenu adéquat.

Pour arriver à pouvoir les personnes d’un niveau de revenu suffisant, plusieurs moyens sont réclamés, comme l’augmentation des différents types de revenus, l’amélioration à l’accès du revenu de soutien ainsi qu’une meilleure répartition des richesses. Le CRIO, et plusieurs organismes sociaux comme le RSIQ, revendique l’augmentation de l’aide sociale, la hausse du salaire minimum et l’augmentation des autres prestations de base. Plus globalement, le CRIO revendique l’instauration d’un revenu de citoyenneté qui garantirait un revenu décent à l’ensemble des citoyens et citoyennes.

« La pauvreté n’est pas un inconvénient regrettable. C’est un déni de droit. Elle doit nous faire honte et être abolie »  – Pierre Marois, Ex-Président  de la commission des droits de la personne.

«Toute personne dans le besoin a droit, pour elle et sa famille, à des mesures d’assistance financière et à des mesures sociales, prévues par la loi, susceptibles de lui assurer un niveau de vie décent »   – Charte québécoise des droits et libertés de la personne, article 45.